Imprimer cet article

Placements

SCPI : attention aux risques de surchauffe !

Les SCPI attirent de plus en plus d’épargnants et affichent des records de collecte. Mais certaines autorités invitent à la prudence et à sélectionner rigoureusement ses SCPI.

Publié le

Créées dans les années 1960, les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) font l’objet d’un engouement certain de la part des épargnants et des investisseurs. Et la collecte est si importante depuis quelques années que les autorités craignent un risque d’emballement. Retour sur la situation.

Un secteur trop dynamique ?

Selon les derniers chiffres, les SCPI ont établi de nouveaux records. En effet, en 2016, ces sociétés ont collecté près de 5,56 milliards d’euros, soit 30 % de plus qu’en 2015. Étant précisé que ce mouvement est porté principalement par les SCPI de bureaux, qui représentent à elles seules près de 3 milliards d’euros de collecte.

Face à ces chiffres, plusieurs institutions ont alerté les investisseurs sur les risques attachés à ce type d’immobilier. Concrètement, elles ont notamment indiqué que, dans un contexte de forte demande et de valorisation excessive des actifs, tous les éléments étaient réunis pour faire apparaître un épisode d’emballement, pouvant pousser certains acteurs à réaliser des opérations à risque. Ce qui, en cas de remontée brutale des taux d’intérêts, pourrait conduire à un retournement du marché.

Une sélection rigoureuse

Bien que cette alerte interpelle, il faut toutefois noter que la majorité des sociétés civiles de placement immobilier commercialisées aujourd’hui présente des garanties suffisantes pour absorber les tensions sur ce marché spécifique. Néanmoins, par prudence, l’investisseur qui souhaite acquérir des parts de SCPI doit procéder à une sélection rigoureuse en privilégiant notamment les sociétés qui se sont orientées vers d’autres secteurs ou qui ont opté pour une stratégie de diversification. Par exemple, certaines d’entre elles investissent dans des actifs à bon prix situés hors des frontières françaises (Allemagne, Espagne, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas…), tandis que d’autres proposent d’opérer une diversification sectorielle (santé, éducation, hôtellerie).

Au-delà de l’aspect sélectif, il est également conseillé de diversifier son portefeuille en choisissant des SCPI différentes. Cette diversification permettant de diluer le risque.

Savoir raison garder

Bien que les SCPI présentent de nombreux atouts, il ne faut pas oublier qu’un investissement dans ce domaine ne doit pas, en principe, représenter plus de 10 % d’un patrimoine.

Haut de page Article du - © Copyright Les Echos Publishing - 2017